Aimer ! Voici en un mot comment résumer les textes de ce dimanche. Ce mot de cinq lettres est le cœur de la parole de Dieu. Aimer est cet impératif que le Christ est venu nous montrer tout au long de sa vie terrestre. Aimer comme le Christ est aimé par le Père et de la même manière dont ce dernier aime le Christ. L’union du Père et du Fils est le souffle de l’Esprit, le souffle de l’Amour qui donne la force de supporter l’insupportable. C’est ce que le Christ a expérimenté sur la croix, c’est ce que tant de martyrs, pour la plupart anonymes, ont vécu dans le témoignage de leur foi, jusqu’à en mourir. Le Christ ne nous demande pas à tous de vivre notre foi de manière identique, il ne nous a pas choisis pour être ses pales copies. Il nous demande de devenir chaque jour davantage ses disciples, missionnaires de son amour pour chaque femme, chaque homme, de ce temps, de ce monde tel qu’il est, tel que nous le façonnons aujourd’hui.

Aimer le Christ signifie aimer ce monde et contribuer à le rendre habitable pour chacun. Il n’y a pas d’amour sans justice, il n’y a pas d’amour sans implication concrète de notre vie dans la vie de ce monde. L’inverse est aussi vrai. Pour le chrétien, il y a un impératif à aimer le monde, à choisir de le transformer pour qu’il soit ressemblance au projet d’amour que Dieu a choisi en le créant. L’amour est par conséquent un engagement quotidien à le transformer, à le rendre plus solidaire, plus généreux, plus altruiste. Des femmes et des hommes vivent de cette exigence sans penser servir le Christ, ils ne le connaissent pas ou ne souhaitent pas le connaître. Ne portons pas sur eux un regard trop sévère, ne cherchons pas à les convertir à notre foi. Ils sont aussi présents dans le cœur de Dieu, ils servent aussi, à leur manière, le projet de Dieu. Aimer c’est donc aussi respecter le chemin de l’autre, c’est marcher avec lui en se réjouissant qu’il nous donne l’occasion de vivre l’exigence chrétienne. Ce chemin nous donne de nous rendre compte que nous avons aussi besoin de nous convertir, pour vivre avec Dieu le don de l’Esprit, élan suprême pour aimer.

Le fruit de l’amour de Dieu est la joie, sa propre joie. C’est ce que Jésus nous dit dans l’Évangile de ce dimanche. La joie, que beaucoup d’entre nous, recherchons pour vivre dans une parfaite harmonie est simple : demeurer en Dieu. C’est-à-dire laisser Dieu venir faire sa demeure en nous, le laisser habiter notre cœur pour que notre cœur puisse battre au diapason avec son amour. C’est ce que nous pouvons appeler le combat spirituel. Nous ne sommes pas seuls dans ce combat, non seulement nous sommes portés par la prière mais aussi l’Esprit Saint, qui vient au secours de notre faiblesse, nous est donné en plénitude. C’est cet Esprit d’amour, que nous allons accueillir lors de la Pentecôte, qui nous aide à construire la Communauté et la Cité, par la grâce de Dieu et notre action.

Profitons de ces quelques jours de congés, qui sont donnés cette semaine, pour venir auprès du Seigneur et lui demander la grâce particulière de pouvoir agir avec justice et justesse dans tous les lieux de notre quotidien. Ainsi nous pourrons devenir davantage ses disciples, bâtisseurs du Royaume qui est déjà là, et que nous avons, paradoxalement, à faire advenir en en étant, par nos vies, ses révélateurs.

Publicités